6/22/2009

Dix heures et demie du soir en été

"Il dort. Maria se relève, prend dans la poche avant de la portière le flacon de cognac. L'alcool à jeun, remonte dans la gorge, brulant, familier, dans une nausée qui réveille. Le soleil. C'est le soleil çà, à l'horizon. Le froid diminue d'un seul coup. Les yeux font mal. Il y a presque une heure qu'il s'est endormi. Le soleil balaie son corps, entre dans sa bouche entrouverte, et ses vêtements commencent à fumer légèrement comme un feu mal éteint. Ses cheveux aussi fument. Fumées très ténues d'un feu délaissé. Il ne sent pas la lumière encore. A peine, ses yeux frémissent-ils. Mais ses paupières se scellent sur le sommeil. Il n'a plus souri."

Marguerite Duras - Dix heures et demie du soir en été
Edité en 1960 par Gallimard

Deux merveilles solaires en un post :