1/15/2008

Hard To Explain


Depuis une soirée inoubliable de printemps 2006, Pete Doherty tient une place à part dans mon univers musical, un statut de star intouchable, injuste, irrationnel. Depuis sa prestation au Bataclan, je n'ai plus jamais vu un concert de la même façon. Et bassiné mon entourage de phrases définitives et stupides ("Qui n'a jamais vu Pete Doherty sur scène n'a jamais assisté à un concert rock", "Tu ne peux prétendre me comprendre si tu n'aimes pas Pete Doherty", etc... j'en passe et des meilleurs). Malgré tout je n'attendais absolument rien de ce concert à l'Olympia. Il faut dire que depuis la dernière -et seule fois- où je l'ai vu sur scène, j'ai acheté deux fois des billets pour assister à un de ces concerts, et à chaque fois il n'a point daigné se montrer. Arrivé mollement à l'Olympia, croisant sur ma route myriade de demoiselles plus charmantes les unes que les autres, j'assiste à l'entrée à une scène qui me donne immédiatement le sourire: un jeune couple trop sursapé pour être honnête se fait refouler après être resorti de la salle pour ranger ses casques de motos. Je patiente en attendant l'Artiste par la lecture du tome 3 de harry Potter et constate que l'indé parisien est toujours aussi drôle et original ("Ils meurent tous à la fin", oui t'es gentil t'es au moins la 5ème personne qui me l'a faite depuis que j'ai pris le rer à 7H du mat') ou fashion ("j'espère qu'il va pas jouer son dernier album, je l'ai pas écouté", encore une qui a voulu se montrer), quand soudain les lumières s'éteignent dans un vacarme assourdissant. Les Babyshambles entrent en scène et ouvrent par Carry on Up The Morning qui tournera court après à peine trente secondes, Pete Doherty invoquant des problèmes de son. Il enchaîne avec Delivery qu'il interrompera là encore pour les mêmes raisons. Cependant il reprendra le premier single isssu de Shotter's Nation pour le mener à son terme. Ca commence pas forcément bien, me dis je, si il nous fait ça pendant tout le concert on va bien rigoler (ou pas). Heureusement il enchaîne sur le magnifique Beg, Steal & Borrow qui donne la tonalité pour le reste du concert: classe, libre, épique, rock'n'roll. Couvrant allégrement les deux albums, Pete Doherty nous gratifie de très grands moments, époustouflants, comme sur Killamangiro, You Talk, Back From the Dead, What Katie Did ou le majestueux Albion, mais globalement il n'y a rien à jeter de ce fantastique concert. Le final dantesque Fuck Forever a retourné la fosse dont s'est échappé un cri primal de bonheur. Le concert s'est fini très vite (1H20), d'autant plus court que c'était bon. Cependant il me faut modérer mes propos, car si pour n'importe quel autre groupe on aurait pu crier au génie, on attend forcément plus, tout du moins une expérience unique, inoubliable, différent de sa part. Hier soir il a juste prouvé qu'en plus d'être un vrai artiste, la seule rock star des années 2000, il était aussi un véritable performer live. ce qui est déjà pas mal, tout le monde ne peut en dire autant. Un petit concert pour Pete Doherty, une grande claque pour la concurrence.

1 commentaire:

lyle a dit…

Même sans être fan de ses deux albums( à mon sens très imparfaits ), je serais assez curieux de le voir live.
Mais pas dans des salles aussi grandes...